Les 6 meilleurs placements financiers à court terme qui rapportent gros

0
37
meilleur placement financier

L’époque où le Livret A était un placement intéressant est définitivement révolue. Dans les années 80, il avait séduit avec son taux qui avait atteint jusqu’à 8.5%. En près de 40 ans, ce taux a réduit comme peau de chagrin, suivant la courbe de l’inflation. Et malgré le relatif sursaut de 2008 qui avait vu le taux grimper à 4%, aujourd’hui les 61 millions d’épargnants ayant souscrit au Livret A font grise mine en observant leur rémunération passer sous la barre des 1% depuis l’année dernière. En effet, depuis août 2015, le taux annuel est de 0,75%, pas de quoi enthousiasmer les foules. Même si ce placement est garanti et totalement défiscalisé, en plus de son taux extrêmement bas, il est plafonné. Et même en atteignant le plafond qui s’élève à 22 950€, le revenu annuel n’est que de 172,13€.

Face à cette baisse des taux des livrets réglementés, on aurait tendance à vous rappeler qu’en matière de placement pour gagner de l’argent il faut soit le laisser longtemps soit oser prendre des risques.

Pour autant, quand on souhaite épargner, sans pour autant s’interdire de piocher dans ses économies en cas de coup dur, il reste des solutions alternatives pour placer son argent. Nous avons sélectionné pour vous une liste de placements à court terme, sans ou avec peu de risque, mais relativement plus intéressants que les livrets d’épargne habituels. Des livrets promotionnels au financement participatif découvrez les meilleurs placements à court terme de 2019 !

Les livrets promotionnels : pour un trimestre

Lancés, il y’a quelque temps déjà, par les banques en ligne pour attirer de nouveaux clients. Ce sont des offres promotionnelles : elles sont ponctuelles et leur taux diminue au bout de quelques mois. L’ouverture de ces livrets est souvent accompagnée d’une prime d’ouverture atteignant parfois jusqu’à 100€. Cela en fait des placements idéaux à l’échelle d’un trimestre. Face à l’efficacité de l’offre, le réseau bancaire traditionnel s’est résigné à proposer des offres semblables pour réussir à capter l’épargne de leurs clients. Par conséquent si vous êtes encore de ceux réfractaires à l’idée de placer de l’argent sur la toile, ces livrets sont aussi faits pour vous ! Derniers avantages de ce type de placement, le montant plancher est en général de quelques dizaines d’euros, et surtout le plafond est largement plus élevé que ceux des livrets traditionnels.

Les intérêts étant calculés à la quinzaine et la concurrence du secteur bancaire étant ce qu’elle est, les offres se succèdent d’une banque à l’autre, de telle sorte que vous pourrez changer à la fin de chacune des offres promotionnelles auxquelles vous aurez souscrit pour une autre. Ainsi vous pourrez obtenir jusqu’à 3.5% d’intérêt brut annuel, le tout sans le moindre risque. Même après les frais, les cotisations sociales prélevées à la source et l’imposition, vous vous en tirerez bien mieux qu’avec un bon vieux livret A.

Les livrets sociétaires : de quelques mois à un an

Les banques traditionnelles ont, depuis bien longtemps, réservé des parts sociales de leur établissement à l’intention de leurs clients les plus fidèles. Les clients y souscrivant obtiennent la qualité de sociétaire ou autrement dit d’actionnaire. Ils obtiennent symboliquement un droit de regard sur l’activité de leur banque. Un argument, secondaire dans le cadre de cet article, qui a été particulièrement mis en avant par une certaine « banque à qui parler » dans ses publicités.

Les taux varient en fonction des banques et même en fonction des caisses régionales. Dans certains cas du simple au double… Avec un billet d’entrée qui s’élève à quelques dizaines d’euros, ce placement est ouvert au plus grand nombre. Bien évidemment l’épargne est disponible à tout moment sans pénalité. En fonction des banques les intérêts sont calculés à la quinzaine, au semestre ou à l’année.

Moins intéressants que les livrets promotionnels, ils sont moins contraignants puisque vous n’aurez pas à déplacer votre épargne de banque en banque. Ce placement étant liés à des parts sociales l’imposition est plus avantageuse pour l’épargnant, ce qui compense quasiment la différence de taux.

Les comptes à terme : de 3 à 60 mois

Le compte à terme est un contrat qu’un épargnant passe avec un organisme bancaire, dans lequel il s’engage à mettre sur un compte bloqué un capital pour une durée connue à l’avance. Le principe est le même qu’énoncé précédemment plus la durée d’épargne sera longue et plus les intérêts seront élevés. Le tout sans aucun risque sur le capital et avec un taux garanti sur l’ensemble de la durée prévue initialement.

Il existe différents types de calcul de taux. Le taux fixe prévu initialement et le taux progressif qui augmentera chaque trimestre, semestre ou année de placement supplémentaire. En cas de sortie anticipée du compte à terme, une partie des intérêts sera grevée, en général de moitié, au titre de pénalité de non-respect de l’engagement initial. À noter aussi qu’aucune rémunération ne sera versée pour une détention inférieure à 1 mois et que dans certains cas des frais de résiliation sont prévus qui pourrait même entamer le capital placé.

Le versement minimum est plus important que sur les offres que nous venons de voir. En fonction des différents comptes à terme il faudra verser entre 150€ et 5 000€. En matière fiscale : les intérêts sont soumis aux prélèvements sociaux et à l’imposition.

Les livrets de partage : un placement à court terme et solidaire

Il existe aussi des livrets solidaires qui permettent de placer son argent tout en le laissant disponible en cas de besoin et de partager les intérêts du placement avec des associations. En général, les contrats prévoient le versement de 25, 50, 75 ou 100% des intérêts à l’association de votre choix ! Si en termes de taux, il n’y a pas de miracle, puisqu’ils se rapprochent de celui du Livret A, en matière fiscale, ça peut être intéressant. En effet, la part d’intérêt reversé aux associations bénéficie d’un régime fiscal réduit. En outre il vous sera possible, si l’association bénéficiaire est reconnue d’utilité publique, de déduire de vos impôts jusqu’à 75% du montant donné. Avec cet avantage fiscal vous pouvez tout en donnant, atteindre des taux de rémunération proche des livrets traditionnels.

Il existe aussi des livrets hybrides, à la fois réglementés et solidaires. L’intérêt de ces produits réside bien évidemment en l’absence d’imposition et de cotisation sociale sur les intérêts. En règle générale, les livrets de partage s’adressent à des épargnants mettant la rémunération en objectif secondaire.

Les SICAV : à partir de 3 mois

Les Sociétés d’Investissement à Capital Variable sont, théoriquement, de bons placements à court terme. Basée la plus part du temps sur des placements monétaires, des obligations et des dettes souveraines, les risques sont très faibles voir quasiment inexistants. Les intérêts sont calculés quotidiennement à un taux évoluant lui aussi au jour le jour, permettant une très grande flexibilité dans vos versements et retraits. Retraits que vous pouvez effectuer soit au guichet de votre banque soit dans la plupart des cas à présent directement sur votre plateforme de banque en ligne.

Si dans la majorité des banques il n’y a pas de frais d’ouverture, de gestion, de versement et de retrait, il reste des organismes chez qui ces coûts pour l’épargnant ont été maintenus. Alors, soyez vigilant et questionnez votre conseiller à ce sujet avant de souscrire.
Le seul bémol, c’est que ces placements sont à l’heure actuelle très peu rentables. La faute à un marché monétaire et de l’obligation totalement atone depuis quelques années. À l’heure actuelle, les SICAV rapportent moins qu’un Livret A, et ce même avant l’imposition auquel leurs gains sont soumis.

Gardez en tête ces placements, car ils pourraient redevenir intéressants d’ici quelques mois. Mais à l’heure actuelle aucun intérêt de placer son épargne dans des SICAV.

Le financement participatif : à partir d’un an

C’est une pratique déjà courante outre-Manche, où des épargnants remplacent les banques, en prêtant de l’argent aux entreprises et aux particuliers. En France, de nombreuses startups se sont, d’ores et déjà, lancées dans l’aventure du financement participatif, en permettant principalement aux entreprises de s’affranchir des banques pour leurs besoins en trésorerie. Une de ces alternatives bancaires se tourne même à présent vers les prêts à la consommation traditionnels.

Avec ces placements le risque est maitrisé, puisque lié à des obligations. Et les taux d’intérêt sont tout à fait intéressants, puisque variant entre 2.5 et 4.8 % annuels, une fois l’impact des défauts de crédit retranché. Ces placements sont sans frais à condition de laisser l’argent placé au moins pendant un an. En deçà, des pénalités seront retranchées sur le capital et ses intérêts.

Le billet d’entrée est de 1 000€ ce qui rend relativement accessibles ces investissements innovants, relativement sûrs, flexibles et surtout rémunérateurs.

Conclusion :

si les placements réglementés ont particulièrement souffert du contexte économique, ils restent intéressants pour se constituer les bases d’une épargne totalement disponible et défiscalisée. Les autres placements ont eux aussi vu leur taux de rémunération chuter. Mais avec un peu de dynamisme ou en acceptant l’idée de prendre d’infimes risques vous pourrez profiter des nouveaux produits d’épargne qui rémunéreront vos économies jusqu’à quatre fois mieux que le Livret A. N’oubliez pas qu’une bonne épargne est une épargne diversifiée. Par conséquent, jouez des différents dispositifs que nous venons de vous présenter. Ensemble, ils vous permettront de faire fructifier votre épargne tout en vous permettant d’y piocher pour répondre aux aléas de la vie.

Noter le post

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here